Communiqué de presse – L’horreur a frappé à Ankara, Berlin et Zurich

Ce lundi fut une journée d’horreur pour l’Europe et la Turquie. A Zurich, à Berlin et à Ankara, la barbarie a frappé et à chaque fois, notre colère et notre tristesse sont immenses.

Frappé Berlin, c’est frappé le coeur de l’Europe et tout ce qu’elle représente, tout ce qu’elle a traversé et ce qu’elle a bâti pour arriver aujourd’hui à rapprocher les peuples. Je pense ce matin à l’ensemble des victimes, à leurs proches et à l’ensemble des Berlinois et des Allemands. Les images nous parvenant de la capitale allemande nous rappellent à nous, Français, la barbarie qui nous a touchés de manière similaire l’été dernier à Nice. Et à chaque fois le même constat : la nécessité de lutter internationalement, tous ensemble, contre la barbarie.

Cette barbarie, elle a frappé également hier à Zurich. Et elle nous rappelle encore une fois que l’islamophobie et le racisme blessent et tuent trop souvent depuis de trop nombreuses années. Ce racisme est alimenté par une montée de haine partout en Europe et dans le monde. L’effroi qui nous envahit doit nous rappeler encore une fois l’impérieuse nécessité des démocrates et des progressistes à lutter avec acharnement contre ce fléau. Cette lutte passe par une nécessité de rassemblement des peuples face à leur volonté de nous diviser.

L’horreur nous a aussi tous et toutes atteint face à l’assassinat lâche de l’ambassadeur russe en Turquie. Caricaturer le conflit syrien qui cause tant de souffrances dans le seul but de tuer un homme est d’une lâcheté absolue et doit être condamné avec force. La volonté de résoudre la crise qui sévit en Syrie doit passer par la diplomatie entre chaque Etat et rien ne justifie qu’un assassinat soit commis.

Face à l’horreur qui frappe quotidiennement, à Alep, en Jordanie ce week-end, à Berlin, au Yémen,  à Zurich, en Turquie et partout ailleurs, notre responsabilité est immense : il s’agit de continuer de se rassembler pour bâtir un monde meilleur où le progrès et la solidarité triompheraient sur la haine et le repli sur soi.

Insaf Rezagui

Candidate PS législatives 5e circonscription du Var

Secrétaire de section PS Fréjus, Bagnols-en-Forêt, Les-Adrets-De-l’Estérel

Primaires citoyennes – Pourquoi j’ai décidé de soutenir Manuel Valls

Appartenir à la famille socialiste, c’est croire en sa capacité à faire vivre la démocratie interne et le débat. Les socialistes sont ceux qui ont permis au beau concept de Primaires ouvertes de voir le jour et de renforcer notre démocratie et la participation citoyenne. 
 
Les 22 et 29 janvier prochains, le peuple de gauche et écologiste est appelé à désigner son représentant pour les élections présidentielles de 2017. 
 
J’ai fait le choix de soutenir notre ancien Premier ministre, Manuel Valls. 
 
Il est aujourd’hui le plus à même de porter nos valeurs et notre projet de gauche. Il caractérise tout ce qui fait aujourd’hui la force de notre famille politique : il est, d’après moi, le plus à même de rassembler l’ensemble des progressistes et il a démontré sa capacité à diriger avec hauteur et dignité notre gouvernement et notre pays, aux côtés de François Hollande, notamment dans les moments difficiles.
 
Manuel Valls symbolise cette gauche d’action et de progrès. Il est cette gauche qui ne renonce jamais et qui se bat pour ses valeurs : solidarité, justice sociale, égalité, laïcité et défense de la République. A Fréjus, en tant que socialiste, je sais ce que ces valeurs peuvent représenter. Je sais combien la gauche a besoin d’un homme comme Manuel Valls, engagé et déterminé à mener le combat contre l’extrême-droite et la droite extrême. Manuel Valls n’a jamais été résigné à mener ce combat. Il est venu à Fréjus, dès 2014, apporter son soutien aux socialistes et porter sa voix dans cette lutte difficile. 
 
Aujourd’hui, faire le choix de le soutenir n’est que le simple prolongement de mes combats de militante implantée dans un département qui souffre tant des gestions municipales du Front national et de la droite. Et je sais qu’avec Manuel Valls, le projet que nous porterons pour notre pays sera le plus à même de poursuivre l’engagement de la gauche et ainsi renforcer la place de la France dans un monde mondialisé, en manque de repères. 
 
Renaissance démocratique avec une meilleure implication des citoyens, revenu décent, égalité femmes-hommes, lutte contre la précarité, priorité jeunesse … bref ce projet social et progressiste que nous propose Manuel Valls, je le porterai, parce qu’il est le meilleur projet pour notre pays ! 
 
Insaf Rezagui
Candidate PS aux législatives – 5e circonscription du Var
Secrétaire de section PS Fréjus, Bagnols-en-Forêt, Les-Adrets-de-L’Estérel 

Tribune : Alep : L’ignominie du trio Le Pen – Fillon – Mélenchon

Alep martyrisée par le régime syrien, soutenu par ses alliés russes. Cette réalité se déroule sous nos yeux depuis des semaines, des mois. Et pourtant pas un jour sans que les messages de désespoir, de peur et d’appel à l’aide ne nous parviennent de civils assiégés dans cette ville, autrefois réputée pour sa beauté, son patrimoine, sa gastronomie et sa richesse culturelle.

Face à la puissance russe coupable d’atrocités et de crimes de guerre en Syrie, dans l’unique but de rétablir le régime sanguinaire d’Assad, l’Europe doit prendre ses responsabilités et porter sa voix. Celle de l’intransigeance face aux atrocités commises. Celle de la dénonciation permanente. Mais avant tout celle de l’humanisme et de la solidarité. C’est dans ces crises qui marqueront à jamais l’Histoire que l’Europe doit montrer sa capacité à être porteuse de paix et défenseure des droits de l’homme. C’est ce qu’a rappelé à juste titre notre Président de la République, François Hollande, cette semaine, depuis Bruxelles.

Nous devons être intransigeants avec la Russie, qui devra prendre les responsabilités de ses actes. Nous devons peser pour une alternative démocratique en Syrie qui ne peut pas être portée par le régime d’Assad. Nous devons également apporter toute l’aide humanitaire nécessaire aux populations assiégées et nous devons continuer de peser de toute notre énergie à l’ONU pour contraindre les Russes à mettre fin à cette crise. C’est ce que la France fait et continue de faire, notamment lorsqu’elle demande en urgence au Conseil de sécurité de se réunir pour trouver une solution à cette situation que notre siècle n’avait jamais connu jusqu’à présent.

Mais en France, la voix portée dignement par notre Président ne fait pas l’unanimité. Le trio Le Pen – Mélenchon – Fillon porte en eux une honte innommable en soutenant les positions russes et syriennes.

500 000 morts plus tard, M. Mélenchon ose estimer que Monsieur Poutine réglera le problème en intervenant en Syrie. Régler le problème en massacrant des civils ? En bombardant de manière indistincte et sans permettre l’acheminement de l’aide humanitaire (et donc en violant chaque jour le droit international humanitaire) ? En soutenant fermement la Russie, M.Mélenchon se rend complice d’une situation dramatique qu’a contribué à créer la Russie. Vous devriez avoir honte M.Mélenchon et je vous le dis en toute honnêteté, il m’est impossible d’imaginer que vous puissiez demain porter la voix de la France à l’étranger en vous associant ici et là aux pires régimes autoritaires et dictatoriaux, de Cuba, en passant par la Syrie. La gauche ce n’est pas cela. La gauche, c’est celle qui est intransigeante partout et tout le temps face aux crimes que peuvent commettre des régimes à travers le monde. La gauche c’est celle qui ne fait pas de compromis dans le respect des droits de l’homme et du droit humanitaire. M.Mélenchon, vous faite honte à la gauche !

Vous partagez cette honte avec vos compères Monsieur Fillon et Madame Le Pen, grands défenseurs de Messieurs Assad et Poutine. En défendant l’intervention conjointe russo-syrienne, vous venez briser la voix de ce peuple syrien qui s’est rebellé dès 2011 face à l’autoritarisme d’Assad, vous venez dire à ce peuple que leurs rêves de paix, de démocratie et de liberté ne sont pas faits pour eux, vous venez dire au peuple syrien qu’il doit se résoudre à accepter le sort que lui réserve la Syrie d’Assad.

Ma colère est immense quand je lis que Madame Le Pen estime que « Bachar al-Assad est la meilleure solution », lui qui a écrasé toute contestation civile dès 2011 en torturant et en assassinant son propre peuple, lui qui a eu recours aux armes chimiques contre hommes, femmes et enfants, lui qui affame son peuple, lui qui emprisonne massivement, lui qui pousse des millions de Syriens sur la route de l’exil. Honte à vous Madame Le Pen !

Face à ce trio de honte, la gauche humaniste doit agir et continuer de porter la voix des droits de l’homme et de la solidarité à l’égard du peuple syrien. Nous ne pouvons nous résigner. Chacun et chacune d’entre nous avons un rôle à jouer : dénoncer, manifester, faire des dons, interpeller nos responsables politiques, exiger que nous accueillons dignement les réfugiés qui fuient et permettre aux Syriens assiégés là-bas d’obtenir assistance et aide humanitaires, tout en continuant à peser sur nos dirigeants pour qu’une solution durable et démocratique puisse être trouvée. Voilà le rôle que nous devons avoir. Ne laissons pas les mots de MM. Mélenchon et Fillon et Mme Le Pen faire honte à notre pays. Nos valeurs sont plus fortes que leurs mots. Et c’est ensemble que nous permettrons à la Syrie de s’en sortir.

Insaf Rezagui
Secrétaire de section PS Fréjus
Candidate PS législatives 5e circonscription Var

Communiqué – Déclaration de François Hollande

En décidant de ne pas se représenter aux élections présidentielles, notre Président de la République fait preuve d’une dignité absolue et nous démontre que la politique ce sont aussi des hommes comme lui qui redonnent à cette fonction toutes ses lettres de noblesse.

Durant cinq années, la gauche au pouvoir a fait progresser les droits, notamment avec le Mariage pour tous et la progression de la parité partout, elle a fait de la jeunesse sa priorité, elle a permis de faire signer un Accord historique pour notre planète avec la Cop21, elle a protégé notre modèle social et nos acquis, elle a fait progresser la démocratie avec le non-cumul des mandats. Elle a agi. Mais la lucidité guide aussi les choix de notre Président et il en a fait preuve hier en reconnaissant des erreurs et en admettant être conscient des risques que ferait courir une démarche de sa part qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle.

Ce sens de la France et de notre République qui a guidé notre Président et son élégance nous rappellent désormais à notre responsabilité. Et celle-ci est immense. Il s’agit d’écrire la suite et de permettre à la gauche de se retrouver, autour de ses valeurs, autour des principes qui la fondent pour faire barrage à la droite extrême et l’extrême-droite.

La France a besoin des progressistes pour avancer. Je ne doute pas que le Parti socialiste saura être à la hauteur du défi immense qui nous attend.

Insaf Rezagui

Secrétaire de section PS Fréjus, Les Adrets de l’Estérel, Bagnols-en-Forêt

Communiqué de presse – Avec François Fillon, c’est la droite Valeurs actuelles qui l’emporte !

« C’est donc François Fillon qui sera le candidat de la droite pour l’élection présidentielle de 2017. Cette victoire de cette droite « valeurs actuelles » est la traduction de la dangerosité de son programme ultra-libéral économiquement et ultra-conservateur socialement.

François Fillon représente tout ce que les progressistes républicains et démocrates doivent combattre. Avec M.Fillon la France retournerait quarante ans en arrière avec une remise en cause de nos droits tels que l’IVG ou la possibilité pour les couples homosexuels d’avoir recours à l’adoption plénière. Ce sont les attaques contre nos valeurs républicaines. C’est aussi un retour d’une Thatcher à la française avec la casse du service public, la suppression de plus de 500 000 postes de fonctionnaires, la fin des 35 heures, la hausse de 2 points de la TVA, mais également la mise à mal de notre modèle social avec une volonté de s’en prendre frontalement à notre sécurité sociale !

Face à cette droite ultra-libérale, conservatrice et réactionnaire, la gauche doit prendre ses responsabilités. Elle est aujourd’hui la seule capable de permettre à notre pays de mettre en oeuvre le progrès, la justice sociale, l’égalité et la solidarité. Mais cela ne peut passer que par une union de toutes les forces de gauche, rassemblées autour de nos valeurs communes et de notre attachement à la République.

Etre désunie pour être balayée ou s’unir et permettre à notre pays de ne pas tomber dans les mains de l’extrême-droite de Marine Le Pen ou la droite extrême de François Fillon. Le sens des responsabilité doit nous guider désormais !

Insaf Rezagui
Secrétaire de section PS Fréjus, Les Adrets de l’Estérel, Bagnols-en-Forêt »

Tribune – les droits des femmes attaquées par la droite conservatrice de M.Fillon

 Ces dernières semaines ont été difficiles à vivre pour nous, femmes et hommes de gauche, qui menons chaque jour le combat pour faire valoir nos valeurs d’égalité et de justice sociale. Elles ont été difficiles face à la vague conservatrice et réactionnaire qui déferle sur notre pays au travers de la droite dans la cadre de leur primaire. 

Parmi les candidats à cette primaire, il y en a un qui doit inquiéter tous les progressistes et républicains que nous sommes. Il s’agit de François Fillon. Son programme est ultra-libérale économiquement et conservateur socialement. Parmi les nombreuses inquiétudes que nous soulevons, il y a notamment la question des droits des femmes, complètement occultée et parfois même mise à mal par l’ancien Premier ministre.

 

En tant que femme, militante de gauche, féministe, qui mène chaque jour le combat pour la pleine reconnaissance de nos droits, je suis sidérée qu’aujourd’hui, dans le débat public, un homme, qui a occupé les plus hautes fonctions de l’Etat, puisse s’en prendre si violemment aux droits des femmes et tenir des propos outranciers à notre égard.

 

Comment vouloir à la tête de notre pays un homme qui conteste le caractère fondamental du droit à l’IVG ?

Comment vouloir à la tête de notre pays un homme qui invoque sa foi dans le débat politique pour justifier son opposition aux droits des femmes de disposer de leur corps ?  

Comment vouloir à la tête de notre pays un homme qui a fait des propos sexistes sa marque de fabrique ?

Comment vouloir à la tête de notre pays un homme qui explique que la France n’est pas à prendre « comme une femme » ?

Comment vouloir à la tête de notre pays un homme qui explique qu’une femme enceinte ne peut pas occuper de postes à responsabilité, notamment celui de ministre ?

Comment vouloir à la tête de notre pays un homme qui s’abstient sur l’ensemble du projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes porté par notre gouvernement qui proposait notamment le retrait de la condition de détresse pour pratiquer l’avortement ?

 

Bref, quand Monsieur Fillon se pose en défenseur des droits des femmes, il est de notre devoir, à nous progressistes, de s’inquiéter et de dénoncer l’hypocrisie et le mépris de cet homme à l’égard des droits des femmes.

 

Ce mépris s’inscrit au coeur d’une campagne ultra-conservatrice de la droite française qui s’en prendrait aux droits des femmes si elle venait à être demain à la tête de notre pays.

 

En effet le projet de la droite pour notre pays est inégalitaire. Et la remise en cause des droits des femmes en est le pire exemple. Rien n’est prévu pour s’attaquer au problème des inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Rien non plus sur la question de la lutte contre les discriminations que subissent les femmes chaque jour. Pire encore, la droite prévoit de s’en prendre à la parité qui a été permise notamment dans les conseils départementaux par la gauche.

 

Ce projet inégalitaire, la droite le teste chaque jour dans nos régions et nos départements qu’elle dirige. Cela a été le cas en Auvergne-Rhône-Alpes avec la suppression du Pass contraception dans les établissements scolaires ou dans le département de la Somme qui prévoit de diviser par deux le financement du planning familial.

 

 

Face à une droite conservatrice, qui s’attaque à nos droits, la gauche agit et fait de la question de l’égalité entre les hommes et les femmes une priorité depuis 2012. C’est notamment le cas lorsqu’on impose aux entreprises de plus de 50 salariés de déposer un plan d’action en matière d’égalité salariale sous peine de pénalités financières ou lorsque l’on répartit mieux le congé parental en voulant rééquilibrer la répartition des responsabilités parentales ou lorsque l’on impose la parité dans nos conseils départementaux.

 

 

Il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de rappeler que les acquis en matière d’égalité homme-femme peuvent être remis en question à tout moment par une droite conservatrice et moyenâgeuse. Face à cette volonté de retour en arrière, il est du devoir de la gauche de réaffirmer sa volonté de prioriser le combat pour l’égalité homme-femme. C’est ce que l’on fait depuis 2012 et c’est ce que nous continuerons de faire demain.

 

 

Insaf Rezagui

Secrétaire de section PS Fréjus, Les Adrets de l’Estérel, Bagnols-en-Forêt